Les jus de fruits et légumes sont-ils bons pour la santé ?

Les jus de fruits et légumes sont-ils bons pour la santé ?

Il n’est pas si évident que les jus de fruits et de légumes soient bénéfiques pour la santé !
Et certainement pas en utilisation quotidienne !

Pour comprendre pourquoi, il suffit comme bien souvent, de revenir aux fondamentaux et de détailler très simplement la nature des choses.
Et pour nourrir votre réflexion en allant dans ce sens, voici une liste d’éléments clefs.
En les lisant, vous comprendrez facilement que certaines conclusions sont parfois un peu trop rapides et qu’il est bon de prendre du recul.

 

 Les jus de fruits et de légumes : bons ou pas bons ?

Tout d’abord, les jus de fruits et légumes n’existent pas à l’état naturel !
Déjà ça devrait suffire à nous interroger sur leur nécessité…

Le seul liquide que l’être humain boit à l’état naturel est l’eau pure.
Et oui ! Donc on peut aussi s’interroger sur la façon dont le corps va « comprendre » un autre liquide que l’eau…

Autre point important : A quoi sert l’eau que l’on boit ?
A plusieurs choses, c’est évident, mais ce qui nous intéresse ici c’est sa fonction d’élimination.
Et oui, l’eau ne sert pas à assimiler mais à éliminer. C’est pourquoi l’eau de source est préférable à l’eau minérale qui est trop chargée en sels minéraux, qui devront être éliminés et certainement peu assimilés !
Donc on se dit : au mieux, il y a des chances pour que n’importe quel liquide, y compris les jus, soit traité comme de l’eau par le corps, et donc que les nutriments du liquide ne servent à rien, à part être éliminés… Au pire, il est probable que cela provoque des dysfonctionnements divers et variés, en raison de ce que le corps ne comprendra pas dans un liquide type jus, puisqu’on n’est pas conçus naturellement pour ça.

Lorsque l’on boit des jus, on zappe 2 mécanismes fondamentaux de l’alimentation, à savoir la mastication et l’insalivation :

  • La mastication permet aux papilles de transmettre au cerveau l’analyse nutritive de ce qu’on mange.
    Et en retour le cerveau informe le système digestif de ce qu’il doit en faire… Si cette étape est sautée (en buvant) qu’advient-il ? Le système digestif va tenter de se débrouiller sans infos, l’efficacité de l’assimilation en est forcément affectée.
  • L’insalivation permet de commencer le travail de digestion grâce aux enzymes de la salive.
    Si les aliments sont avalés sans être insalivés, le processus d’assimilation est moins efficace et fatigue le métabolisme qui doit rattraper, si tant est que ça soit possible, le travail non effectué par la salive.

Dans le cas des jus de fruits, le fructose n’est plus ralenti par les fibres naturelles du fruit et arrive directement dans le foie qui ne peut faire autrement que de fabriquer des graisses…
Ah ? Ça ne semble pas être l’objectif du jus, mais pourtant c’est comme ça que ça fonctionne.
Au point que de plus en plus d’alertes sont lancées par les scientifiques pour dire que les jus de fruits sont forts probablement très impliqués dans « l’épidémie » mondiale d’obésité et de diabète…
Dans le cas des jus de légumes, on manque d’infos, mais il est raisonnable de penser que des processus néfastes (comme cet exemple du fructose privé des fibres de l’aliment entier), soient à l’œuvre également pour les jus de légumes.

Depuis des dizaines d’années on nous manipule avec des messages qui associent diététique avec jus d’orange + bol de céréales le matin !
Je dis « manipuler » car ça n’est qu’une une invention marketing sans fondements, pour faire consommer plus de céréales, en leur associant une image de petit déjeuner sain.
Pourtant, rien n’est pire diététiquement que du jus d’agrume le matin associé au sucre ajouté des céréales, car tout cela conduit à un excès de sucres et d’acidité, donc de déminéralisation et indirectement de prise de poids sans parler du reste.
Le matin il vaut mieux une pomme entière avec un peu d’eau, quelques noix et/ou un bon avocat.
Donc là aussi le jus de fruit n’apporte pas ce qu’on pourrait croire !

Dans un jus ou un smoothie (quelle que soit la méthode d’extraction), rien ne prouve que les vitamines et minéraux soient assimilés aussi bien que lorsque le fruit ou le légume est entier.
Et compte tenu des éléments précités, on a plutôt tendance à penser que l’assimilation ne va pas se faire normalement !

Autre problème auquel on ne pense pas forcément : l’oxydation, qui fabrique des radicaux libres ce qui favorise le vieillissement des cellules !
Cette oxydation guette toute préparation de jus ou smoothie, comme la pomme qui s’oxyde en 2mn dès qu’elle n’a plus sa peau pour la protéger ! Il faut donc boire la préparation sur le champ (ce qui n’est pas souvent le cas), et je ne parle même pas des jus qu’on va mettre au frigo (dans une bouteille qui sera au mieux en verre, au pire en plastique) mais qui va donc s’oxyder et devenir néfaste pour la santé en quelques minutes !

 

Tous ces éléments clefs sont en droit de nous faire douter sur les bienfaits des jus et autres smoothies, mais j’aimerai vous parler d’un autre aspect qui concerne la façon dont on considère les nutriments en diététique et qui malheureusement nous renvoie des principes trop simplistes pour être valides. Ca concerne les aliments mais aussi les compléments alimentaires etc. et ce raisonnement diététique qui sonne faux et dont je veux vous faire part, s’applique justement aux jus, ce qui vous donnera un autre regard sur leurs vertus tant clamées.

Pour vous exposer cet aspect des choses je vais prendre un exemple :

Depuis quelques années on vante le curcuma sur le simple fait qu’il est riche en anti-oxydants. Mais quand on gratte un peu on se rend compte que leur assimilation ne se fait pas comme on le pensait sur la simple base qu’ils sont présents dans le curcuma…
Après, on a dit : il faut l’associer avec du poivre !
Puis on s’est rendu compte que ça ne suffisait pas non plus, pour finalement comprendre qu’il faut des conditions bien précises de contexte nutritif, pour que les fameux anti-oxydants du curcuma soient assimilés ! cf. l’article de Julien Venesson
Cet exemple est très révélateur de l’erreur communément commise aujourd’hui en diététique : il y a du fer dans les lentilles, alors mangeons des lentilles pour avoir du fer… il y a du calcium dans le lait alors buvons du lait pour les os ! Etc.
Quelle vision simpliste de la biologie ! Car ça ne marche pas de cette façon !
Les réactions chimiques qui se produisent tout au long du cheminement de la nourriture dans notre corps sont astronomiquement complexes. Et la compréhension de la biodisponibilité des nutriments n’en est qu’à ses balbutiements…
De plus, on constate aujourd’hui, études après études, que plus les aliments sont transformés (cuisson, mixage, extraction, broyage, conservation…) moins l’assimilation de leurs nutriments fonctionne.

Il n’y a donc aucune raison pour que les jus et smoothies, qui en plus, sont des aliments transformés (mixés, extraits, etc.), échappent à cette règle naturelle !
Et leur richesse en tels ou tels nutriments ne signifie pas que ces nutriments seront assimilés automatiquement et systématiquement par notre organisme !

Encore une fois le bon sens et la relativisation nous alertent pour nous dire qu’il n’est probablement pas si sain de consommer régulièrement et/ou fréquemment des jus !

Finalement on aboutit à la conclusion habituelle : à chaque fois que l’on contourne la nature, on génère des problèmes et on en subit les conséquences néfastes…

 

Etant donné que j’écris beaucoup sur les erreurs ou les risques alimentaires, en expliquant les bases fondamentales et en remettant en causes des principes ou habitudes bien établis, on peut parfois penser que j’adopte des positions radicales, mais ça n’est pas le cas. En effet, mon objectif est de permettre d’être averti pour pouvoir choisir en connaissance de cause.
Et pour effacer toute intention de penser que je suis trop strict, voici, après les faits de base, deux bémols à ce que je viens de vous expliquer :

Premièrement, si vous avez occasionnellement envie d’un bon jus n’hésitez pas, tant que ça ne devient pas fréquent et en préférant le jus de légumes variés (au lieu d’un seul légume), plutôt que les jus de fruits.

Deuxièmement, il est fort possible qu’une partie des nutriments contenus dans les jus soient partiellement assimilés quand même car on constate souvent des améliorations de santé après la prise régulière de jus, mais attention aux pièges d’interprétation des faits :

  • On parle toujours des bienfaits des jus mais jamais des méfaits qui eux sont moins visibles.
    Donc forcément ça fausse un peu les choses…
  • L’apport des jus en nutriments existe tout de même. Pourtant je viens d’expliquer que l’assimilation est faible. Alors n’est-ce pas une contradiction ? En fait non, et c’est une question de rapports de quantités : avec un jus, on consomme bien plus de légumes ou de fruits d’un seul coup, que l’on ne le fait quand on les mange entiers. Voilà pourquoi au final on va quand même se retrouver avec un apport certain de nutriments. Il est donc légitime de penser qu’une cure de jus (même si je n’y suis pas favorable car je pense qu’il y a d’autres solutions) puisse, dans certain cas, faire du bien. Mais attention c’est à prendre avec précautions, compte-tenu de ce que j’ai expliqué ici, et que rien n’est automatique, ni dénué d’effets négatifs. C’est pourquoi, si vous souhaitez tout de même faire une cure de jus, je vous conseille de la faire (et si possible de courte durée) sous surveillance d’un naturopathe ou d’un nutrithérapeute (parmi ceux qui ne jurent pas que par les jus, bien entendu !).
    C’est comme pour toute prise de compléments alimentaires, il ne faut pas faire n’importe quoi en se contentant de dire qu’il y a dedans, tels ou tels ingrédients bons pour la santé.

 

Pour conclure, restons simples et savourons les aliments frais et entier, comme on devrait toujours naturellement les consommer, sans aller chercher sous des formes transformées, des concentrations inutiles et mal assimilées.

Utilisez ce que vous offre la nature, sous sa forme la plus simple et la plus directe, et elle vous donnera joie et santé, comme l’inimitable saveur d’une pêche ou d’une tomate fraichement cueillie !

 

 

Références

Mes références sont globales pour tout ce site.
Pour plus d’explications sur ce choix

 

  • cuaz dominique

    je me demande si je ne suis pas en train de flinguer encore plus vitte mes dents a cause des smoutie,comme il m’en manque les 2/3 j’en mange a tout les repas…

  • Francine Andrighet

    Un jus passe l’étape de la bouche (mastication salivation) à la vitesse d’un TGV : première étape court-circuitée. Ensuite, j’ai appris, en lisant le livre de Giulia Enders (le charme discret de l’intestin) , que si l’estomac a cette forme dissymétrique de haricot, c’est pour que les liquides ruissellent sur la paroi supérieure, et ne s’y arrêtent pas. Donc, il semblerait que les jus zapent (au moins partiellement) l’étape de l’estomac. Ensuite, j’ai appris (toujours dans le même livre) qu’après l’estomac, les aliments passent dans l’intestin grêle, et qu’ils sont retardés par les fibres (quand il en a). Ce retard permet une meilleure assimilation. Si les jus (sans fibres) passent rapidement, l’assimilation des nutriments se fera de manière incomplète. Giulia Enders nous apprend enfin que le colon est chargé de traiter les restes de l’intestin grêle, c’est à dire les nutriments qui n’ont pas pu être assimilés directement, sans le concours de bactéries dont l’intestin grêle est très pauvre. Normalement, ne devraient arriver dans le colon que des nutriments non assimilables directement, en particulier pas les sucres. Avec un jus qui grille toutes les étapes, arrive dans le colon une quantité non négligeable de sucres et autres nutriments qui ne devraient pas y arriver, et qui peuvent modifier le microbiote intestinal du colon. Tous les avantages sur la santé que décrivent les buveurs de jus peuvent être obtenus, souvent plus rapidement, par une alimentation crue à base de fruits et légumes entiers non transformés.

  • Sayni

    Bonjour,
    Je voudrais savoir si on peut faire le même raisonnement avec les huiles, çàd les olives et l’huile d’olive….

    • NutriBonSens

      Bonjour,
      Vis à vis de l’insalivation, le problème ne se pose pas pour les huiles végétales étant donné qu’on ne les boit pas. Elles sont donc insalivées correctement si on fait bien attention à mastiquer correctement les aliments que l’on mange, et dans lesquelles ces huiles sont ajoutées.
      Par contre, les huiles végétales n’existent pas à l’état naturel et ne font donc pas parties de notre alimentation d’origine, mais il se trouvent que notre cerveau d’être humain moderne est bien plus sollicité qu’à l’époque préhistorique et que nos besoins en acides gras pour nourrir le cerveau ont donc fortement augmentés, il est donc nécessaire d’ajouter ces huiles végétales à notre alimentation.
      Est-ce que ça répond à votre question ?

  • Julie Ribeyron

    Merci pour cet article. Je voulais savoir ce que vous pensiez alors du thé, qui est aussi liquide et qui comporte de nombreux nutriments, minéraux, etc… ?

Alerte info NBS
Déjà 110 inscrits. Recevez un email dès qu'un nouvel article est publié !

Catégories
Retrouvez NBS sur :
Visit Us On Facebook