Les produits laitiers sont-ils nocifs ? Je pense que OUI et voici pourquoi !

Les produits laitiers sont-ils nocifs ?Les méfaits du lait font la une de plus en plus fréquemment ! C’est un sujet polémique pour lequel les gens ne savent plus qui croire…

Chaque camp apporte ses arguments à grand coup d’études scientifiques, les pro-laits clament que les arguments des anti-laits n’ont pas de valeur scientifique… et les anti-laits répliquent en brandissant l’argument des lobbys, qui financent des études orientées en faveur du lait !

Je ne vais pas tenter de vous convaincre en redonnant les faits et explications scientifiques que l’on peut trouver dans des livres ou sur d’autres sites web, il y en a de très nombreux, et il est fort probable que vous en ayez déjà lu ou même entendu (radio, tv…) à ce sujet.
Vous trouverez toutefois une liste de livres conseillés dans ma page « livres », ils concernent l’alimentation saine en général, mais tous expliquent quels sont les effets des laitages.

Par contre, je vous propose, en 10 points clés, de faire le tour de la question en mettant en avant le bon sens face aux faits.
Ma réflexion, mes recherches et mes observations sur le sujet durent depuis plus de 20 ans, c’est vous dire si j’ai eu le temps de lire moult études et rapports sur la question et de pouvoir faire des constats !
Notamment, j’ai pu remarquer depuis longtemps, les effets des produits laitiers sur les organismes. Comment ? Et bien du simple fait que mes préconisations en tant que naturopathe, montrent le plus souvent un net regain de santé lorsqu’on supprime les laitages ! Voire même la rémission de certains symptômes liés à de nombreuses pathologies !
Au final je ne prétends pas détenir LA vérité sur ce sujet mais plutôt une opinion solide, construite sur un certain recul, nourrie de relativisation, d’expérience, et donc de ce que je pense être du bon sens !
Je suis convaincu que cela vous aidera à faire votre propre choix sur ce sujet, tout naturellement !

 

Point N°1 : faut-il consommer des produits laitiers à l’âge adulte ?

Pourquoi le faudrait-il alors que le lait est un aliment naturellement conçu et destiné aux bébés ???
S’il fallait en consommer, la nature aurait évolué d’une tout autre manière, donc ici la réponse me semble évidente, simple et naturelle.
D’ailleurs aucun autre mammifère n’en consomme à l’âge adulte et encore moins celui d’une autre espèce ! En quoi serions-nous différents sur ce point ?

Et puis à ma connaissance, aucune étude scientifique n’a pu établir de manière indiscutable que le lait est nécessaire à l’âge adulte, il ne l’est donc certainement pas car cela aurait déjà été démontré !

 

 

Point N°2 : peut-on consommer des produits à base de laits issus des animaux (vache, brebis, chèvre…) ?

Sans rentrer dans les détails biologiques des constituants du lait, il faut savoir que c’est un aliment complexe qui n’est pas fait que de lactose et de calcium !
Bien évidemment il y a dans le lait des protéines, des glucides, des lipides et des nutriments type vitamines, sels minéraux etc.
Il y a aussi des enzymes, mais il y a des choses dont on parle moins : par exemple des facteurs de croissance.

Je vous donnerai ici un exemple tout simple :
La maman humaine fabrique un lait destiné à nourrir son bébé humain donc il y a dans son lait de quoi faire grandir son bébé humain, pour son squelette, mais aussi son cerveau, plus important que celui des autres mammifères.
Il y a également des composants comme des anticorps, destinés au système immunitaire propre à l’être humain, etc. etc.

Si on donnait de ce lait (humain) à un petit veau ou à une brebis, il est fort probable que ces animaux tomberaient malades. En effet, le veau n’aurait pas les facteurs de croissance nécessaire pour lui faire prendre des dizaines de kilo en très peu de temps, le corps de la brebis ne saurait pas assimiler les facteurs de croissance destiné au cerveau humain…
Et pour finir ils seraient tous les deux incorrectement protégés des maladies car les anticorps et leur système immunitaire fonctionnent différemment :
ce qu’ils absorberaient dans le lait humain, ne serait pas compris par leur corps, les exposant donc plus facilement à des maladies !
Vous vous doutez bien que l’inverse est similaire :
les laitages des animaux ne sont pas prévus pour nous et contiennent des molécules que notre système digestif ne sait pas assimiler, provoquant des désordres pouvant être désastreux à long terme.

 

 

Point N°3 : a-t-on besoin des laitages pour le calcium ?

La grande croisade en faveur des produits laitiers est le calcium. Ok il y en a dans le lait. Mais il y en a tout autant dans les légumes et notamment dans la famille des choux, dans les amandes etc.
Je ne me lancerai même pas dans la bataille qui indique que le calcium des laitages animaux est, non seulement en trop grande quantité, mais surtout bien moins assimilable que le calcium des légumes.
Car en fait, deux autres éléments viennent donner la réponse à cette question…

Tout d’abord, nos ancêtres du paléolithique avec qui nous partageons la même physiologie (nous n’avons pas évolués génétiquement depuis cette époque), ne consommaient aucun produits laitiers car l’évolution n’avait pas conduit à ce que ça soit nécessaire… Pourtant ils avaient besoin d’avoir des os solides pour chasser, se protéger etc…

Tout cela prouve qu’ils trouvaient le calcium nécessaire dans d’autres aliments sans difficulté, et aussi ils étaient en mouvement très souvent : or on sait aujourd’hui que le sport, ou simplement la marche favorise grandement la fixation du calcium (article récent sur ce sujet – lanutrition.fr)

Deuxièmement, il existe des populations humaines, même à notre époque, qui ne consomment jamais de laitages. Et vous savez-quoi ? Non seulement ces gens n’ont aucun souci avec leurs os mais ils n’ont même pas de soucis avec la fameuse ostéoporose, qui soit disant, guette les femmes si elles ne consomment pas de laitages !!!
Justement : savez-vous quel est l’un des pays le plus touché par l’ostéoporose ? La Suède ! Et pourtant c’est aussi l’un des pays qui consomme le plus de produits laitier au monde ! Alors ? Il est où le mensonge sur le calcium du lait, soi-disant indispensable pour les os ?

 

 

Point N°4 : le lait est-il trop riche ?

Oui, si on considère que l’alimentation moderne est déjà très chargée en graisses et protéines animales !
Consommer des produits laitiers favorise grandement les maladies cardio-vasculaires compte-tenu du fait qu’il surcharge l’organisme en nutriments déjà pris en trop grandes quantités dans nos repas très « carnés », beurrés… ! Il ne serait probablement pas trop riche pour des personnes se nourrissant essentiellement de fruits et légumes, et pour celles désireuses de manger des protéines animales, il vaut mieux consommer des petits poissons et des viandes blanches qui n’ont pas les inconvénients des laitages.

 

 

Point N°5 : est-ce que le lait est pollué ?

Oui et à plus d’un titre ! Le plus évident ce sont les pesticides (contenus dans les foins, céréales, tourteaux de soja…) avalés par les vaches, qui se fixent dans les graisses, et que l’on retrouve donc en grande quantité dans le beurre, les crèmes et fromages. Si les produits laitiers sont bios, on évite cette partie d’inconvénients supplémentaires car la nourriture des vaches contiendra beaucoup moins de pesticides, donc beaucoup moins aussi dans votre assiette au final.
Mais encore une fois il y a tous les autres problèmes qui font que ça n’est pas une solution d’éviter juste les pesticides. Disons que consommer des produits laitiers bios c’est juste un peu moins pire…

Il faut savoir qu’il y a aussi tous les médicaments que les vaches d’élevage sont obligées d’ingurgiter pour survivre aux conditions scandaleuses et déplorable de l’élevage intensif… Et ces médicaments (antibiotiques en tête) se retrouvent dans les produits laitiers (moins dans les élevages bios, mais ça dépend desquels…) ! Au point que certains biologistes pensent que le phénomène de résistance des bactéries aux antibiotiques seraient lié, entre-autre, à la consommation des produits laitiers, car même si les doses sont faibles, elles sont continuelles…

 

 

Point N°6 : le lait est couramment transformé, quel sont les effets sur nous ?

Le lait industriel est tellement transformé qu’il perd une bonne partie du peu de vertus qu’il avait au départ pour nous les humains…
Parmi ses transformations il y a : la pasteurisation, le procédé U.H.T., le stockage dans les conteneurs en plastique, l’écrémage, le filtrage…

Au final c’est un produit tellement transformé (surtout dans le cas de l’écrémage) que non seulement des molécules exotiques pour notre corps (encore) apparaissent dans le lait, mais nombres de nutriments sont détruits ou dénaturés. Il est même fortement soupçonné que les produits laitiers écrémés n’auraient aucun effet sur la perte de poids mais, pire, pourraient avoir l’effet inverse par le fait que le corps ne reconnaissant plus l’aliment transformé par l’écrémage, le convertisse en sucres directement et donc en graisses indirectement !

 

 

Point N° 7 : reste-t-il des avantages au lait ?

Tout est relatif ! Oui il reste le fait que le lait contient des éléments nutritifs : des protéines, des lipides, des glucides, des sels, minéraux, des vitamines… Mais rien qu’on ne retrouve pas déjà dans tout un tas d’autres aliments ! Donc pourquoi continuer de consommer un aliment qui ne nous est pas destiné et dont les inconvénients sont graves et nombreux à long terme ?
Si on n’avait plus rien d’autre à manger je ne dis pas, mais là je ne vois pas l’intérêt de consommer un aliment contre-nature (et donc toxique), alors que le reste des autres aliments couvrent sans problème tous nos besoins !

 

 

Point N°8 : peut-on remplacer le lait par autre chose ?

Dans l’optique de changer son alimentation pour retrouver la santé et manger enfin correctement, en éliminant toute la malbouffe et les mauvaises habitudes, je pense que l’idée de remplacer des choses qui n’ont pas à figurer dans nos repas, par des aliments de remplacement n’est pas la bonne méthode.
Il faut se déshabituer complètement en modifiant la structure de nos repas. Je reconnais que ça n’est pas facile de le faire de but en blanc mais avec un peu d’habitude on y arrive très bien. Il faut se donner un peu de mal ou bien consulter un naturopathe pour vous aider à trouver des idées et savoir comment procéder.

A la limite on peut remplacer les produits laitiers par des laits végétaux (amandes, riz, soja…) le temps de changer nos habitudes mais au final on risque d’être déçu car ça ne remplace pas réellement les laitages animaux et ça ne pourrait que donner envie d’y revenir. Je conseille donc de choisir la voie qui consiste à restructurer nos menus autrement mais pas en cherchant à remplacer le yaourt ou le café au lait ou le morceau de fromage de fin de repas. Mieux vaut terminer votre repas en laissant fondre doucement dans votre bouche un bon carré de chocolat noir bio… !

 

 

Point N°9 : il reste le plaisir d’un bon fromage de temps en temps…

Oui c’est une chose que l’on peut éventuellement garder car rien ne sert d’être extrémiste et il ne faut pas tomber dans la frustration. Je préconise toujours de procéder comme ceci : essayez de supprimer tous les produits laitiers pendant quelques semaines le temps que votre corps sorte de l’encrassage (si si vous sentirez la différence).
Ensuite selon vos objectifs de santé vous pourrez réintroduire, un peu de tomme de chèvre (c’est le moins pire dans les produits laitiers), bio si possible. Mais en quantité très modérée… Et là vous verrez vous-même si votre corps vous alerte avec des petits bobos, ou pire, qui reviennent… ou pas.
Mais je vous parie que vous vous sentirez tellement mieux que vous ne serez plus tenté de retourner à la consommation quotidienne de tous ces dérivés du lait animal qui avaient encrassé et congestionné votre corps à un point que vous ne soupçonniez pas !

 

 

Point N° 10 : ma conclusion

Je vous ai livré dans cet article les détails de ma réflexion dont la conclusion tient en quelques mots :
je pense qu’il n’est pas conseillé de consommer des produits laitiers au quotidien !
Ça n’est pas fait pour nous, c’est en quelque sorte « contre-nature », et donc nuisible à notre santé à long terme (on parle de phénomène d’encrassage débouchant sur de nombreuses pathologies).

A chaque personne de doser la quantité de produits laitiers qu’elle souhaite consommer, en fonction de son état de santé. Mais n’oubliez pas que, même pour une personne en bonne santé, la diminution ou suppression des produits laitiers, peut non seulement faire prendre conscience qu’on peut se sentir encore bien mieux dans son corps, mais également permettre de se protéger des maladies qui arrivent avec la vieillesse.

En pratique cela peut aller de la suppression complète des laitages, avec écart exceptionnel (ce que je recommande), jusqu’à favoriser en priorité les plaisirs du palais au détriment de sa santé (ce que je déconseille).

Le choix incombe à chacune et chacun, en toute liberté, tant que l’on sait exactement à quoi on s’expose et surtout pourquoi.

 

 

Références

Mes références sont globales pour tout ce site.
Pour plus d’explications sur ce choix

 

Alerte info NBS
Déjà 119 inscrits. Recevez un email dès qu'un nouvel article est publié !

Catégories
Retrouvez NBS sur :
Visit Us On Facebook